Escales
un Mahé 36 en vadrouille

Accueil > blog > La course

[blog] La course

dimanche 29 septembre 2019

Tout ce que je voulais éviter. Plus je me rapproche de Gibraltar, plus je me rends compte que je vais devoir courir pour tenir mes délais, que je pensais pourtant larges (mais ça, c’était avant [1]).

La succession de coups de vent, tempête ou même ouragan [2] rend visiblement impossible tout régime de vent stabilisé, autre que de l’ouest, donc, dans le nez. Compliqué donc de viser des sauts de puce d’une journée jusqu’à Gibraltar. Il va falloir que je fasse des « grandes » étapes de deux ou trois jours.

Mais la navigation côtière est la plus compliquée en solo : c’est là où il y a le plus de trafic (cargos, ferrys ou autres paquebots), autres bateaux “de plaisance”, sans compter les pêcheurs, leurs casiers et leurs filets.
Je le savais déjà de bel ami, mais j’étais sur la façade atlantique qui permettait assez facilement de se dégager au large, loin des zones de pêche ou de trafic.

Le poste de commandement ;-), de nuit

Visiblement c’est “un peu” différent ici : la proximité de Gibraltar rend le trafic commercial très dense, et chaque cap ou presque possède sa DST [3] ; la côte est proche ; le système de vents est très changeant, presque heure par heure ; tout cela rend la veille, particulièrement de nuit, très stressante et rend les périodes de repos (le vrai, celui où l’on dort vraiment et profondément) aléatoires. Je n’ai pas dû réussir à dormir plus de 2h en cumulé sur la dernière nuit avant d’arriver sur les côtes espagnoles.

Pas de grande traite jusqu’à Gibraltar, donc, des (grands) sauts de puce, en s’appuyant largement sur le moteur, surtout la nuit.
Probablement un arrêt après Alméria, c’est tout. Deux navigations de près de 180 milles, soit (normalement), une seule nuit de navigation à la fois. Maximum.

Ce qui devrait me laisser quelques jours de répit à Gibraltar pour choisir au mieux la météo, le meilleur créneau pour aborder la sortie du détroit et les près de 600 nM de navigation vers Lanzarote (5 à 6 jours estimés).

Notes

[2Lorenzo

[3Dispositif de Séparation de Trafic, sorte d’autoroute quasi obligatoire pour les plus grands navires, qui se suivent alors à la queue-le-leu, sur plusieurs dizaine de milles

Vos commentaires

  • Le 29/09/19, Rouquette En réponse à : La course

    Ici, dans le grand Est, c’est la tempête aussi. Bons vents et bises.

    • Le 29/09/19, henri En réponse à : La course

      Si tout va bien, je n’en aurai pas, et passerai à côté ;-)

    répondre ︎⏎

blog | photos | depuis le début | tweets | Suivre la vie du site RSS 2.0 | made with SPIP depuis 2003